Autres

Il est intéressant de noter l’évolution des découvertes de Reich: du règne psychique, elles se sont étendues au règne social, puis biologique et enfin physico-cosmologique. Cette direction est inverse par rapport à la séquence naturelle où les fonctions physiques fondamentales déterminent les fonctions biologiques, qui à leur tour déterminent les fonctions sociales, qui en dernier lieu déterminent les fonctions psychiques selon le diagramme suivant:

IV Règne physico-cosmologique
III Règne biologique
II Règne social
I Règne psychique

Sur ce diagramme, il est frappant de noter l’ordre d’importance naturelle des règnes plus superficiels (dans le sens évolutif des règnes plus jeunes et donc moins vastes) : le règne psychique et le règne social. Le règne social, en effet, est plus ancien et plus profond que le règne psychique, qui est lui-même déterminé tant par le règne biologique (génétique et lois biologiques diverses) que par l’environnement et la société. La fameuse dichotomie « nature or nurture » (nature ou environnement) est donc clarifiée : « nature » (règne biologique) est au plus profond des fonctions psychiques, mais « nurture » (règne social) l’est aussi; il l’est d’une manière moins vaste et moins profonde que « nature », mais il détermine de toute façon, lui aussi, la vie psychique.

Un exemple pratique éclairera ce concept : si un couple de parents éduque ses enfants d’une manière fonctionnelle et aimante, qu’ils sont attentifs à prévenir la formation d’une cuirasse et par là, l’apparition de troubles névrotiques, leur travail peut se voir détruit par un environnement extérieur maladif fréquenté par les enfants, quelle que soit la période de leur croissance. Prévenir l’apparition de la cuirasse chez les enfants est donc tout aussi important que de les protéger de la peste émotionnelle et de ses innombrables manifestations.